Livres de poche de Science-Fiction, Fantasy, Horreur et Fantastique
News, Parutions, Bibliographies, éditeurs, Top
Science-Fiction
Fantasy
Horreur
Fantastique
Liste des auteurs
RECHERCHE PAR TITRE    

Mémo

Bien

couverture
Illustration : illustrateur


MEILLEUR LIVRE DE SCIENCE-FICTION
Position actuelle : 495
Voter pour ce livre
Nombre de votes : 63
Auteur :André RUELLAN
Année de création : 1984
Sous-genre : Science-Fiction
Edition :
2001Folio( n° 68 )
1985
 
Quatrième de couverture :

Chercheur en pharmacologie, Paul consacre son existence à son travail de laboratoire. Ayant mis au point une substance censée stimuler la mémoire, ils en fait l'essai sur lui-même. Dans son existence et celle des autres, c'est le début d'un bouleversement irréversible...

Réalité fugitive et changeante, souvenirs incohérents : Paul va faire l'expérience d'un univers dérivant au gré de sa mémoire disloquée, un univers où toutes ses certitudes s'effacent peu à peu dans l'illusion et la démence.

Pertinentes réflexions sur le progrès scientifique et ses possibles dérives, Mémo évoque également par son questionnement de la réalité et de la folie, les mondes schizophrènes de Philip K. Dick, de Norman Spinrad et de Christopher Priest.

Né en 1922, André Ruellan a publié près d'une quarantaine de romans fantastiques et de science-fiction — la plupart sous le pseudonyme de Kurt Steiner. Lauréat du prix de l'humour noir en 1963 pour son Manuel du savoir-mourir et du grand prix de la science-fiction française en 1985 pour Mémo, il a également beaucoup travaillé pour le cinéma en qualité de scénariste.



Annotations diverses :

Critique :

André Ruellan (plus connu des amateurs de SF sous le nom de Kurt Steiner) nous offre un petit roman qui pourrait constituer un hommage à l'univers paranoïaque et schizophrénique de Philip K. Dick.

On n'y retrouve les mêmes composantes hallucinées : démence progressive du protagoniste suite à une expérience de dislocation de la perception du réel, menace d'un futur totalitaire qui pourrait succéder au présent. Le personnage central explore les possibles du futur non pas grâce à une machine, mais grâce à la prise d'une substance chimique.

Chez Ruellan, comme souvent chez les auteurs de la New Wave issue des années 70, la réalité est avant tout d'ordre psychique et le monde est sans cesse menacé par le totalitarisme qui cherche à s'imposer en contrôlant les réalités subjectives des individus. L'originalité du roman de Ruellan repose sur le fait que la drogue mise au point par son personnage est source à la fois de la schizophrénie de ce dernier et de l'établissement d'un monde totalitaire. Dès lors, Paul a le pouvoir d'en empêcher l'avénement justement parce que celui-ci est plongé dans un univers intérieur chaotique où présent, futur et même le plus lointain du passé lui est accessible sous forme d'hallucinations.

Du point de vue de l'écriture, celle-ci est très simplifiée. L'intrigue avance par l'intermédiaire de nombreux dialogue et de descriptions réduites à leur simple expression. Les personnages manquent singulièrement de consistance. L'auteur a privilégié avant tout les événements vécus par Paul et leur succession absolument infernale. Tout se produit vite, même beaucoup trop vite. Il n'est pas toujours facile de suivre le développement de l'histoire, tout comme le personnage central, on se perd parfois dans cette succession d'instants hallucinatoires. De plus, le lecteur reste trop extérieur à ce que vit Paul et finit même par décrocher de l'intrigue à la énième hallucination.

Si l'idée de départ est promotteuse, il est dommage que l'auteur n'est pas parvenu à construire un récit captivant autour de cette dernière.

Jeremy BLAMPAIN




Plus d'infos :

 

Pas de note moyenne donnée par les internautes :   ( 0 vote )





Accueil | Collections | Auteurs | Science-Fiction | Fantasy | Fantastique | Horreur
| Admin | Infos | Info légales
©2004-2024 PocheSF.com